Le sculpteur belge François Huon continue ses recherches visant à construire un langage plastique à travers l'articulation d’éléments assemblés dans un système qui a la légèreté du jeu, mais qui nécessite une conception rigoureuse et une extrême précision.

Étant donné le carré,une forme géométrique simple, l'artiste intervient par une division en deux puis par une composition des éléments entraînant une complexification visuelle où les données initiales disparaissent dans une prolifération de lignes et d’harmonies qui se constituent en objets ou façonnent l'espace.
L'espace qui peut être une architecture, une partie du ciel, un intérieur domestique dans lesquels la couleur et le matériau des interventions plastiques dialoguent étroitement avec l'environnement.

Pour commencer son parcours de recherche artistique, François Huon a élaboré ce système de création pour établir un grand nombre de formes qu'on pourrait appeler alphabet graphique ouvert (parce que de nouvelles formes apparaissent régulièrement). Dans un second temps, il a commencé à composer des œuvres en combinant ces formes et en faisant varier leurs couleurs, leurs dimensions, leurs modes d'assemblage.
Cette démarche l'a amené à participer à de nombreuses expositions et à créer des œuvres en relation avec des contextes variés, sociaux ou historiques, sous forme d’interventions éphémères ou d’intégrations artistiques durables en Belgique et à l’étranger (France, Italie, Royaume-Uni, Grèce, Maroc, Luxembourg).

Pour répondre à la proposition de réaliser les Caïus 2021, François Huon a procédé de la manière accoutumée en s'adaptant aux contraintes relatives à la cérémonie de remise de la récompense: ni trop petit, ni trop grand, manoeuvrable et photogénique.

Afin de conserver une identité commune aux différents Caïus, il a attribué au socle le rôle de gardien de la cohérence; en réalité, il ne s'agit pas vraiment d'un socle, mais plutôt d'une colonne...creuse.


Un tube donc, car le tube représente l'idée de la circulation entre deux entrées, un flux dynamique: dans un tube, ça circule!

L'artiste y voit une analogie avec l'esprit du mécénat d'entreprise.
Les formes planes, assemblées par rivets, jouent à se croiser en tangente de la circularité du support, évoquant un esprit de solidarité dans la ronde du temps. Le rivetage affirme sa fonction de point d'ancrage simple et intègre.
Si les tubes sont en cuivre, les formes sont en alliage de cuivre, d'étain et de phosphore, un métal utilisé pour la fabrication d'objets devant résister à diverses contraintes de tension, à l'usure ou à la corrosion. Le fait que les deux métaux contiennent du cuivre donne à l'ensemble une harmonie nuancée et une expression de vivacité et de conductivité.

                                       

ENTRETIEN AVEC L'ARTISTE

 

Comment décririez-vous votre approche artistique?

Mon approche artistique peut se décrire comme l'élaboration d'un langage plastique personnel. J'ai établi, dans la première partie de ma vie artistique, une méthode de création de formes simples, un système ouvert laissant toujours le champ libre aux nouvelles possibilités. Puis j'ai fait l'inventaire de ces formes afin de constituer une phraséologie propice à s'adapter à toute sorte de situations contextuelles.

 

Matière, forme ou support, qui prime? Et pourquoi?

Matières, formes, supports découlent de l'organisation de l'oeuvre liée à sa signification. Si les formes sont établies par avance, j'aime que les supports et les matières restent simples et lisibles. C'est la même chose pour les modes d'assemblages que je cherche à restreindre pour chaque réalisation. Parfois, le support c'est les formes mêmes qui se tiennent les unes aux autres.
L'unité reste une qualité première d'un objet artistique, gage de sa résistance physique et actuelle.

 

Qu'évoquent pour vous les liens entre art et entreprise?

L'entrepreneur et l'artiste ont beaucoup à se dire. L'artiste peut apporter son esprit divergent; l'entreprise, sa puissance de production et de diffusion.
L'art est lié à l'idée d'entreprise par sa nature anticipative qui s'apparente à l'élan entrepreneurial. Recherches, développements, productions sont des termes aussi en usage dans la sphère artistique. La finalité diffère cependant, car l'art cherche à produire des pensées.

Qu'est-ce qui vous a motivé à participer à ce projet de réaliser l'oeuvre Caïus?


Je suis motivé par cette question: que peut être un objet artistique destiné à servir de récompense. Comme objet transactionnel, il peut juste incarner le symbole du triomphe, mais je voudrais qu'il soit aussi apprécié pour ses qualités de proportions, d'équilibre et d'harmonie. La visibilité de l'événement constitue également une motivation pour l'artiste choisi.

 

Votre rêve d'artiste?

Mon rêve est que mes réalisations apportent des réponses appropriées et originales.

 

Comment vous décririez-vous en un mot?


Une personne très proche de moi dit que le mot interprétation pourrait me décrire; dans le sens d'action d'expliquer, de révéler la signification d'une chose obscure, son résultat.
 



François Huon, artiste belge, sculpteur, peintre, graphiste est né le 22.10.1964 à la rue Jean Jaurès à Bois-Colombes (F)

En 1989, il sort diplômé avec la plus grande distinction de l’atelier de communication graphique (La Cambre Bruxelles) dirigé par Luc Van Malderen (1930-2018)                                            
Il est actuellement Professeur de Pratiques Expérimentales à l’Ecole des arts de Braine-l’Alleud (B).                                      
Son atelier est à Rebecq où il vit, dans l'ouest du Brabant Wallon.

 

 

prométhéa bénéficie du soutien de

CFWB
Région Wallone
Ville de Bruxelles
AKKANTO
ALLEN & OVERY LLP
ETHIAS
FRANCOPHONES DE BRUXELLES
LOTERIE NATIONALE
Urban.Brussels.
R.M.B.
AWAP
RTBF
SMART