L'ARTISTE

 

ANNICK SCHOTTE, PORTRAIT

Titulaire d'un master en design industriel, Annick Schotte vit et travaille à Tournai (Belgique). Elle partage son temps entre la création et l’enseignement dans la section Design à l’Ecole supérieur des Arts Saint-Luc Tournai. Elle participe ponctuellement aux différents salons internationaux de design.

Annick Schotte envisage ses objets dans le souci du bien-être, cherchant à alléger le quotidien. Par leur épure, ils expriment l'essentiel avec justesse, respirent la sobriété et l'économie de moyens. Pour autant, ils sont loin d'être simplistes. En effet, le plus souvent alliance entre une structure en acier et un habillage de tissu ou de papier, ses produits allient technicité et rigueur.

En 2017, la créatrice s’est associée au projet « Résonances ».

Cette initiative confiée à Wallonie Design a pour finalité le dialogue entre les disciplines autour de l’usage et de l’appropriation des savoir-faire traditionnels dans les créations du 21e siècle. Le projet veut encourager les rencontres entre artisans d’art et designer/créateur pour démontrer la valeur des métiers de tradition dans la création contemporaine. 

C’est dans ce même esprit qu’Annick Schotte a accepté de réaliser avec le Val Saint-Lambert, les Caïus 2018 travaillant avec Michel Bouckellyon, tailleur et Alain Hack, polisseur. La cristallerie née en 1826 en région liégeoise a connu une immense production qui a envahi le monde. Aujourd’hui, l’entreprise compte 12 employés qui perpétuent les savoir-faire liés à ce matériau si particulier, le cristal.


C’est bien l’expérimentation de la lumière qui a attiré Annick Schotte vers  une recherche sur la création d’un objet en cristal. Elle a saisi avec grand intérêt l’occasion de partager le savoir-faire du  maître tailleur au Val : «C’est en travaillant avec les artisans que j’ai pu appréhender les matériaux et les techniques. Vient ensuite la réflexion pour la mise en œuvre de l’objet… » 

La relation entre l’artiste et l’artisan s’est installée lentement et ensemble ils ont fait des découvertes et ont inventé un nouveau motif en forme d’écailles, inspirée des lentilles de Fresnel et  dont l’inclinaison permet de projeter un maximum de lumière et d’apporter de la légèreté.


La création utilise la partie perdue, proche de la canne du souffleur,  d’une coupe colorée 1402 qui est ensuite taillée en motif d’écailles puis polie par plongée dans l’acide. L’artiste a ainsi eu accès au stock de cristal brut « j’ai eu la chance de créer une taille sur une pièce ébauchée et d’ainsi remonter le temps en accédant au patrimoine du Val Saint-Lambert ». Annick Schotte veut rendre accessible voire ludique les pièces d’exception jadis intouchables posées au milieu d’une table. C’est aussi en jouant et en déplaçant l’objet que l’utilisateur crée un nouveau décor…

 

Ce Caïus a pour ambition de valoriser et préparer l’avenir de nos métiers d’art grâce à la création contemporaine et au design qui se les approprient pour mettre en valeur l’essentiel.