LE MOT DE PROMETHEA

Le bonheur au travail.

Par Eric Hemeleers, Président de Prométhéa,

et Benoit Provost, Directeur Général.

 

Une idée qui semblait iconoclaste il y a trente ans et qui aujourd’hui est étudiée, intégrée dans les pratiques de management.  Bien évidemment, il s’agit plus concrètement de prendre des mesures pour contribuer à faire du travail un lieu de réalisation et donc d’épanouissement.  Le bonheur au travail découle nécessairement de la juxtaposition de valeurs personnelles et organisationnelles.  L’engagement des personnes dans l’entreprise peut y contribuer et il sera d’autant plus fort que les valeurs de l’entreprise et son implication dans la société sont connues et partagées par les équipes.
 
Le mécénat, aujourd’hui, s’inscrit pleinement dans cette tendance.  Il existe toujours, et c’est indispensable, sous la forme de soutiens financiers à des projets en culture, en patrimoine ou dans d’autres domaines.  Mais le mécénat prend également de plus en plus la forme d‘engagements partagés dans l’entreprise.  Pensons par exemple au mécénat collectif, devenu une belle spécificité belge puisqu’à l’initiative de Prométhéa, 5 collectifs agissent désormais en faveur de la culture et du patrimoine : Bruocsella, aKCess, Co-legia, le Collectif dédié au Patrimoine Wallon et, tout récemment, les Collectifs des Entreprises de Charleroi.  Chacun d’eux est le foyer d’une dynamique passionnante qui se nourrit de l’enthousiasme des entreprises membres et des acteurs de la culture et du patrimoine qui répondent aux appels des collectifs.
 
Autre lieu, autre rythme : les speed-coaching, formes courtes de rendez-vous entre entreprises, culture et patrimoine, ont permis en 2017 de générer près de 80 rendez-vous directs entre des partenaires animés par un souci commun de rencontre et d’échange d’expertise.
 
Dans un cas comme dans l’autre, les entreprises encouragent leurs équipes à prendre part à de telles initiatives, répondant à ce besoin d’engagement que nous évoquions d’emblée. 
 
Les très belles candidatures d’entreprises qui sont présentées à l’occasion de cette cérémonie des Caïus s’inscrivent elles aussi dans cette logique d’engagement.  Elles sont le reflet de décision prises dans les entreprises, qui ont choisi de soutenir des projets.  C’est à chaque fois un acte de générosité, une réponse positive à des acteurs de la culture et du patrimoine, qui ont proposé des projets originaux.  Les types de soutien sont variés mais ils obéissent tous à un objectif partagé : contribuer au bien commun en permettant à des projets, à des actions, de voir le jour. 
 
Et bien sûr ces actions ont mobilisé les équipes dans les entreprises comme dans les institutions, suscitant une nouvelle fois des rencontres qui n’auraient peut-être pas eu lieu. 
 
Cela a-t-il contribué à développer le bonheur dans l’entreprise, dans l’institution bénéficiaire ?
C’est évidemment présomptueux de le penser.  Mais à tout le moins l’ensemble de ces acteurs ont jeté des ponts.  Et, pour cela, nous souhaitons leur témoigner notre très grande gratitude.  C’est à eux tous que les Caïus – prix du mécénat d’entreprise de Prométhéa sont dédiés.