La coopérative Cera ou la RSE dans la peau

En mai 2016, a lieu la remise des Prix de l’Economie Sociale. Une initiative soutenue de longue date par la coopérative Cera. L’occasion de revenir sur cette entreprise pas comme les autres, qui a fait de la RSE son leitmotiv. 

 

Le Prix de l’Economie Sociale récompense, depuis plus de 20 ans, des entreprises qui répondent à des enjeux sociétaux au bénéfice de la collectivité. C’est au cours de ce mois de mai que les lauréats de l’édition 2016 seront dévoilés ! En attendant, nous vous proposons de découvrir un de ses partenaires historiques : la Coopérative Cera, une entreprise pas comme les autres, dont la responsabilité sociétale fait partie de son ADN.

 

Une coopérative au service de la collectivité

Avec près de 400.000 sociétaires détenant ses parts, Cera est une des principales sociétés coopératives du pays. Une des plus anciennes aussi. Ses racines remontent en effet à la fin du 19e siècle, lorsque Friedrich Wilhelm Raiffeisen entreprit de lutter contre la pauvreté dans les milieux ruraux par le biais de l'entraide et de la coopération.

Aujourd’hui, Cera poursuit ces valeurs inspirées par Raiffeisen en étant un groupe financier coopératif. Ce n’est donc ni une banque ni une fondation, mais un groupe de personnes qui rassemblent leurs forces afin de poursuivre un objectif commun : s’investir dans le bien-être et la prospérité.

Prospérité parce que la coopérative Cera gère un patrimoine financier, principalement investi dans KBC Groupe S.A. afin d’en assurer l’ancrage belge, la stabilité et le développement.

Le bien-être, ensuite, du fait de l’engagement sociétal de Cera sous la forme de soutien à près de 600 projets régionaux, suprarégionaux, nationaux voire même internationaux chaque année. La coopérative investit ainsi 25% de son budget en faveur d’initiatives reflétant ses valeurs, soit 4 millions d’euros par an en moyenne sur les 15 dernières années.

 


La coopérative Cera en video

 

Des sociétaires impliqués dans le choix des projets locaux

Afin de garantir une transparence optimale, Cera intègre activement ses sociétaires dans sa démarche en les impliquant dans des organes de consultation et de décision locaux : les Conseils Consultatifs Régionaux (soit un total de 45 CCR).

Trois fois par an, les membres de ces Conseils Consultatifs Régionaux se rassemblent afin d’attribuer leur budget à des projets sociétaux régionaux (projets qui doivent s’inscrire dans l’un des domaines soutenus pas la coopérative Cera). Chaque CCR est souverain dans ses décisions, tout en étant accompagné par un conseiller de la coopérative, qui reçoit les dossiers de demande de soutien en amont et assure une certaine cohérence dans les prises de décision. En moyenne, 8 à 10 projets sont soutenus de cette manière chaque année par ces différents conseils, à raison de 2.500 euros maximum par projet.

 

Du soutien pour des projets de plus grande envergure

Quand l’envergure d’un projet dépasse le cadre d’un Conseil Consultatif Régional (CCR), il peut être orienté au niveau ‘suprarégional’. Pour la Wallonie et Bruxelles, ce conseil s’appelle la Réunion des Bureaux (RDB). Elle rassemble deux représentants de chaque CCR Wallon et du CCR de Bruxelles. Sur base du même rythme que les CCR, la Réunion des Bureaux se réunit trois fois par an afin de se prononcer sur les demandes de soutien financier. Le montant maximum attribué est ici porté à 15.000 euros.

Enfin, chaque CCR délègue quatre membres au Conseil Consultatif National (CCN) : la plateforme d’information et de concertation où se retrouvent des sociétaires, la direction et les 20 membres du Conseil d’Administration (dont 14 sont directement issus de la base des sociétaires).

 

Répondre aux besoins sociétaux modernes

L’investissement sociétal de la coopérative Cera intervient dans une série de domaines définis, qui rencontrent les principaux besoins sociétaux modernes et sont liés à ses origines et valeurs fondamentales : l’inclusion sociale et lutte contre la pauvreté ; l’entreprenariat coopératif ; l’art et la culture ; l’agriculture, horticulture et le développement durable ; les services et soins à la collectivité ; les initiatives locales pour l’enseignement et la jeunesse et, pour terminer, la microfinance et microassurance avec les pays du Sud via la plateforme BRS et son service de consultance spécialisée.

Comme l’explique Christophe Kevelaer, conseiller à la coopérative Cera : « La coopérative Cera est une société atypique de par sa stratégie et son mode de fonctionnement. Nous ne sommes pas un sponsor, puisque nous n’avons rien à vendre ou à promouvoir. Nous ne nous considérons pas non plus comme mécène mais plutôt comme un investisseur sociétal. Le retour attendu de nos soutiens est donc avant tout l’impact sociétal généré par le projet. La visibilité que peut nous apporter un projet (présence du logo sur un folder ou lien sur un site internet p.e.) étant considérée comme un plus. ».

 

Soutenir l’art par et pour tous

Dans le domaine culturel, la coopérative Cera investit prioritairement dans l’accessibilité de l’art et de la culture pour ses sociétaires et, plus largement, pour un vaste public. Elle promeut une approche participative du processus artistique, c’est-à-dire l’art pour et par tous. La coopérative accorde en outre une attention particulière à l’ouverture de l’art et de la culture aux enfants et aux jeunes, aux artistes amateurs ainsi qu’à de jeunes artistes ou artistes débutants.  

En 2013, la coopérative Cera a ainsi participé à la création du collectif de mécènes « aKCess », avec Prométhéa et une dizaine d’autres entreprises. Ce collectif récompense chaque année des initiatives de médiation culturelle exemplaires.

Dans le même esprit, la coopérative Cera soutient, par exemple, la mise en place du projet « Public à l’œuvre » : une expérience à travers laquelle le public prendra les commandes d’une véritable exposition au départ des collections du Musée de la Photographie et du Musée des Beaux-Arts de Charleroi, ainsi que parmi les œuvres d’art contemporain de la coopérative Cera. Une approche résolument novatrice qui donnera au public une totale liberté de parole, de pensée et d’action puisque, dans ce projet, le public décidera de tout : du choix des œuvres, de la scénographie, du circuit pour les découvrir, de la communication autour de l’événement, etc., etc.

A l’échelle régionale, les Conseils Consultatifs Régionaux de la coopérative soutiennent eux aussi des initiatives culturelles variées. Des aides qui ont récemment profité, entre autres, au Festival de l’Eté Mosan, au musée du marbre, aux fêtes de la Saint-Martin, aux Rencontres internationales du Créham, et bien d’autres projets encore … à découvrir sur le site de la coopérative : www.cera.be.