Construction & artiste en résidence, un mélange étonnant

Pour la troisième année consécutive, Macors accueille l’un des lauréats du Prix Médiatine en résidence. Le résultat est à découvrir dans leurs locaux dès le 30 septembre prochain. L’occasion de revenir sur ce partenariat inspirant !

L’entreprise Macors est une entreprise générale de construction et de transformation basée à Hamois. Son objectif est l'excellence pour chacune de ses réalisations, excellence qui repose sur le souci du détail, l'amour du travail bien fait et l'esprit d'équipe.

Elle est partenaire du Prix Médiatine depuis 2014. Il s’agit d’un concours pour des artistes plasticiens, professionnels ou amateurs. Il est organisé par le Centre culturel Wolubilis depuis 1983.

En 2016, c’est l’artiste peintre Elina Salminen qui a remporté le Prix Macors

 

Questions à Gérard Sevrin, Administrateur gérant, et Anne Mallet, Secrétaire de direction, Macors 

 

Pourquoi une entreprise en construction choisit-elle de décerner un prix à un artiste contemporain ?

L’image de marque de notre entreprise est la créativité. Pour répondre aux demandes de nos clients, nos équipes doivent souvent se dépasser, sortir du cadre tout en assurant une rigueur technique.

Il y a de nombreuses années déjà, Macors accueillait des artistes en résidence, et cela était bénéfique au développement de certaines qualités parmi nos équipes. Nous avons voulu renouer avec cette tradition, mais notre entreprise ne peut se charger d’organiser la sélection des artistes, cen ‘est pas notre métier et nous avons d’autres actions à mener pour l’entreprise. Prométhéa nous a dès lors proposé un partenariat avec Wolubilis dans la cadre du Prix Médiatine. Cela nous a plu et nous avons créé, ensemble, un nouveau Prix qui est le Prix Macors. Le choix de l’artiste est opéré avec l’aide de l’ensemble du jury, composé bien sûr d’experts. L’artiste sélectionné est accueilli en résidence à l’entreprise durant quelques semaines. Toute l’équipe lui est présentée ainsi que les possibilités de travail à l’atelier de menuiserie, les matériaux  disponibles,...

 

Comment la résidence se déroule-t-elle ? Qu’en retirez-vous pour les collaborateurs et l’entreprise ?

Chez Macors, le partenariat ne relève pas que de la hiérarchie, loin de là. Ce sont les différents services qui contribuent, de manière variable, à la résidence. Certains s’impliquent dans la sélection, lors des jurys, d’autres s’occupent de la logistique, des demandes en matériaux,... Tous sont en tout cas curieux de contacts ou d’échanges avec l’artiste. Mais ce sont évidemment les ouvriers les plus fréquemment sollicités ! Ils collaborent directement à la réalisation des différentes œuvres. Ils échangent sur la faisabilité technique des demandes, conseillent, testent des procédés,… Leur connaissance des matériaux et de l’utilisation des machines est un atout précieux pour l’artiste.

C’est ainsi que, pour eux, de nouvelles compétences peuvent aussi s’acquérir.

Au terme de la résidence, nous organisons une exposition des œuvres réalisées sur place. Toute l’équipe Macors est présente et l’ensemble de notre clientèle est conviée à son vernissage. Les ventes sont bien entendu au profit de l’artiste.

 

Pensez-vous que toute autre entreprise pourrait mettre en place une démarche semblable ? y trouverait-elle des avantages ?

Bien sûr ! Les résultats sont visibles ! L’ensemble des collaborateurs s’intéresse et s’implique dans la résidence de l’artiste. Cela suscite des échanges, développe la cohésion interne et offre une bulle d’oxygène dans le quotidien. Les chantiers illustrent les développements techniques et créatifs acquis au fil du temps.

Ce que nous appliquons est adaptable en fonction du contexte et des moyens financiers disponibles.

Je ne peux qu’engager les autres entreprises à essayer !!

 

 

Questions à l’artiste Elina Salminen, 

lauréate du Prix Macors 2016

Quel est l’intérêt pour un artiste de remporter un prix tel que celui de l’entreprise Macors ?

Pour un artiste aujourd’hui, en Belgique, bénéficier d’un prix au concours Médiatine est une belle reconnaissance.

Quant au Prix Macors, il s’agit d’un prix original ! Je n’en avais pas connaissance lorsque j’ai participé au concours, j’ai donc été très surprise !

Rapidement, j’ai compris l’intérêt à travailler durant quelques semaines au cœur de cette entreprise : les savoir-faire, les matériaux et l’outillage ouvrent le champ des possibles ! Pour la suite, je sais désormais comment commander mes structures, ce que mes demandes impliquent techniquement.

L’enrichissement de cette expérience se situe particulièrement, pour moi, dans la connaissance technique des ouvriers.

 

Quels sont les atouts et les difficultés, pour vous, d’une résidence artistique chez Macors ?

Habituellement, je fabrique moi-même mes structures, cela me demande du temps. Chez Macors, les équipes disposent non seulement de tout l’outillage et des machines mais aussi d’un réel savoir-faire. Le travail est donc réalisé avec les matériaux adéquats, rapidement et en finesse. J’ai aussi eu l’occasion d’expérimenter de nouvelles techniques, comme la peinture au pistolet, encadrée par des professionnels.

Pour profiter au mieux de la résidence, j’ai dû préparer mes projets en amont. En effet, si je souhaitais créer dès les premiers jours, il était indispensable de faire connaissance avec les équipes, les savoir-faire, les équipements et matériaux disponibles. Je pouvais dès lors programmer mon travail et adresser mes demandes en atelier. Cela demande de l’organisation mais la résidence permet, du coup, un travail dans la continuité.

 

Est-il contraignant pour un artiste de créer au cœur d’une entreprise ?

Ici ? Pas du tout ! Une pièce des bureaux m’est dévolue et je peux aller et venir parmi les bâtiments, ateliers et espaces extérieurs. Je travaille en fait comme dans mon atelier mais avec un accompagnement technique professionnel et des matériaux à disposition. Il n’a pas été nécessaire que je m’adapte particulièrement.

 

 

 

 

Elina Salminen est peintre. Elle se définit aussi volontiers comme artiste visuelle.

Pour en savoir plus sur son travail : http://elinasalminen.com/.

L’exposition de ses œuvres sera visible dès le 30 septembre prochain, dans les locaux de l’entreprise Macors à Hamois.