Partir à la conquête du secteur privé ?

Elles l’ont fait grâce à notre formation au mécénat !

 

Créer un partenariat avec une entreprise autour de son projet, beaucoup d’acteurs culturels y pensent mais peu savent par où commencer. Organisées depuis 5 ans, les formations de Prométhéa au mécénat d’entreprise outillent les porteurs de projets dans leurs démarches vers le secteur privé. Retour sur cette journée intense de théorie, d'exemples, d’anecdotes et de témoignages en compagnie de deux porteurs de projets qui l’ont suivie et qui se sont lancées à la conquête des entreprises !


Questions à Adrienne Nizet, Vice-directrice de Passa-Porta

 

Que vous a apporté la formation de Prométhéa sur le mécénat ?

Une autre façon de porter un regard sur nos activités. Le projet sur lequel j’ai travaillé avec la formatrice, le Passa Porta Festival (qui se tiendra du 24 au 26 mars 2017 dans tout Bruxelles), je le connais de l’intérieur. Avec l’équipe, on le pense en termes de programmation, de finances, de production, de communication… La formation m’a permis de l’envisager aussi avec un peu plus de distance, et d’y déceler ce qu’il pourrait représenter pour une entreprise sollicitée.

Quand on est à ce point impliqué dans un projet, ces atouts fondamentaux (le meilleur de littérature internationale, la présence d’une centaine d’auteurs en un week-end, le plurilinguisme, la visibilité au cœur de Bruxelles, le caractère unique de la maison des littératures…) semblent aller de soi. S’arrêter pour y réfléchir permet de mieux les cibler, pour pouvoir les mettre en avant.  

 

Que vous a-t-elle permis de réaliser ?

La valeur de ce que nous avons à offrir en retour. Avec la formatrice, nous avons réfléchi à plusieurs idées de « retours » possibles, dans le cadre du festival, à proposer aux entreprises qui désireraient nous soutenir - l’idée générale est de faire une proposition d’une valeur d’un tiers de la somme reçue, cash ou en nature. Plusieurs fois, la formatrice a dû rectifier le tir : « Là, vous proposez beaucoup trop. »  J’ai conscientisé à quel point nous avons de bons outils, de bons supports, et la valeur potentielle de ceux-ci pour une entreprise.

 

Cette formation a-t-elle débouchée sur des partenariats ?

Des contacts sont en cours avec deux entreprises.

 

Qu’est-ce qui vous manque encore aujourd’hui pour réussir au mieux votre démarche de mécénat ?

Du temps (ou du personnel). Dans une petite équipe comme la nôtre, personne ne peut se dédier uniquement à la recherche de mécénat. C’est donc une mission qui s’inscrit « en plus » du reste.

 

Quels sont, pour un porteur de projet, les challenges liés au mécénat ?

Il faut veiller à bien axer les demandes aux entreprises choisies. Un dossier n’est pas l’autre. Il faut également veiller à faire preuve de créativité dans les propositions de retour : la visibilité d’un logo, aussi efficace soit-elle, est rarement suffisante.

 

Quelle est votre vision du mécénat, et du soutien public ? 

Pour moi, le mécénat est une nouvelle source de financement possible, et bienvenue. Néanmoins, il est primordial que l’entreprise sollicitée corresponde aux valeurs du projet et de l’équipe qui le porte. S’il faut faire un grand écart pour trouver un accord, je pense que personne n’en sort gagnant.

 

 

 

 

Questions à Cécile Lebrun, Chargée des projets socioculturels et artistiques de la Fédération des maisons de jeunes en Belgique francophone


Que vous a apporté la formation de Prométhéa sur le mécénat ?

Des informations que je n’avais pas encore (par exemple le cadre fiscal du mécénat en FWB), des précisions à certains sujets (comme des suggestions quant aux contenus et à la forme d’un dossier à rédiger) ainsi que la possibilité de rencontrer d’autres porteurs de projets et des représentants d’entreprises mécènes.

 

Que vous a-t-elle permis de réaliser ?

Participer à cette formation m’a entre autres permis de dialoguer avec plusieurs personnes de l’équipe de Prométhéa et d’obtenir des conseils en lien avec le projet que nous portons pour entamer des démarches en vue d’obtenir des soutiens financiers pour ce projet. Cela permet aussi de prendre un peu de distance et de mettre des mots sur le travail que nous menons afin d’être clair et convaincant dans les démarches que nous entreprenons.

 

Cette formation a-t-elle débouchée sur des partenariats ?

Pas encore, mais les choses avancent. Nous avons d’ores et déjà obtenu un soutien financier pour notre projet. D’autres réponses devraient nous parvenir début 2017…

 

Qu’est-ce qui vous manque encore aujourd’hui pour réussir au mieux votre démarche de mécénat ?

Elaborer un dossier et une stratégie à destination d’un (ou plusieurs) mécènes demande du temps… Ce qui manque parfois, surtout lorsqu’on est déjà dans le concret du projet que nous portons… Dans le même ordre d’idées, mener une sorte d’exploration afin d’identifier une ou plusieurs entreprise(s) vers lesquelles se tourner ne se fait pas en un claquement de doigts…

 

Quels sont, pour un porteur de projet, les challenges liés au mécénat ?

Pouvoir allier réflexion, empathie et audace, trois ingrédients nécessaires et complémentaires à mes yeux dans ces démarches. S’intéresser à son interlocuteur et susciter son intérêt quant à son projet, ce qui ne peut se faire selon moi que lorsqu’on vit son projet, lorsqu’on est au cœur de l’action.

 

Quelle est votre vision du mécénat, et du soutien public ? 

Selon moi, il est impératif que le mécénat et le soutien public coexistent pour les porteurs de projet. Je suis convaincue à présent des points communs qui peuvent rassembler des porteurs de projets et des mécènes, comme certaines valeurs ou encore des choix de société. Mais il ne faudrait pas pour autant que nous évoluions dans une région, une province, une ville qui ne poseraient pas des actes concrets de soutien en faveur de la culture, des arts, de la jeunesse. C’est important pour une société démocratique ! Tout le monde a un rôle à jouer !


Le mécénat d'entreprise reste un mystère pour vous ?

Vous cherchez à diversifier vos sources de financement ?

Vous aussi voulez avoir les bons outils ?

Participez aux prochaines formations de Prométhéa !